En 1922, Jules Niclausse et son épouse achetèrent quatre parcelles de landes à Pors Carn, dont celle du petit tumulus de Rosmeur. Sur ce terrain ils firent construire vers 1925 la plus imposante des villas de Saint-Guénolé. Dans le parc de cette bâtisse insolite, qui par les soirs de tempête fait penser à un décor hitchcockien, on peut encore apercevoir les dernières traces du petit tumulus de Rosmeur. On remarque aussi un porche d’entrée en kersantite qui ajoute encore à l’étrangeté du lieu. Il s’agit du porche du manoir de Kerbézec à Kérity.

Source: Saint-Guénolé par les champs et par les grèves

Douce France

Villa « Ker tumulus Rosmeur »

Galerie

De Saint Guénolé ou je suis arrivé hier pour une période allant jusqu’au début du mois d’Aout.

Partant sans informatique, le site sera donc inactif pendant cette période, je ne vous quitte pas, je vais juste remplir les cartes mémoires avec mes amis les  » Guêpiers » les « Hirondelles des rivages » les petits insectes que je vais croiser lors de mes randonnées, et je l’espère la petite nichée de « Faucons Crécerelles » et ce à condition bien sur qu’elle soit toujours sur le site.

Je ne vais pas oublier les surfeurs de la  » Pointe de la Torche  » et si j’en ai le courage faire une escapade dans le Nooooooord, voir le phare du « Minou » qui manque à ma collection.

A bientôt donc.

Douce France

Une petite carte postale.

Galerie

Petite promenade dans le bocage Normand. Le Manoir_de_la_Cour_(Saint-Martin-le-Hébert) est une ancienne demeure fortifiée, du xive siècle, qui se dresse sur la commune déléguée de Saint-Martin-le-Hébert, au sein de la commune de Bricquebec-en-Cotentin dans le département de la Manche .
Le manoir fait l’objet d’une protection totale au titre des monuments historiques1.
Source Wikipédia.

Douce France

Le manoir de la Cour.

Galerie

Première étape et pas la plus simple, repérer le trou ou niche cette petite famille et ensuite trouver un point d’observation qui ne perturbe pas les oiseaux. Etre trop perturbateur aurai pour conséquence l’abandon du nid et la perte de la couvée.


Depuis un autre point d’observation j’assiste à la sortie d’un petit qui quémande de la nourriture auprès des parents qui sont au ravitaillement.

L’attente est longue et ce petit « Pic Epeiche » male se penche dangereusement hors du nid, je pense que l’envol est imminent.

Papa n’était pas loin, le bec plein de victuailles, ne venant pas nourrir son petit qui s’impatiente, je m’inquiète et je quitte mon poste d’observation, peut être ai je été repéré.

Des becs et des plumes

Une famille « Pic Epeiche ».

Galerie